...ou comment j’ai appris à sublimer le quotidien